Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SincéritéS

L'Aide Alimentaire ne doit faire l'objet que de Distribution Gratuite aux Insolvables

5 Avril 2015 , Rédigé par Jean-Pierre Llabrés Publié dans #Aide Publique au Développement (APD) Économique

Durant les années 1970 et encore après, l'Afrique sahélienne et sub-sahélienne a connu de terribles catastrophes climatiques (sécheresses, inondations) qui affectèrent les moyens de production des agriculteurs (terres) et des éleveurs (cheptel). Ces populations se retrouvèrent économiquement sinistrées au point de ne même plus disposer de revenu pour acheter leur nourriture.

Face à ce désastre, les pays riches expédièrent des quantités énormes de céréales qui furent indifféremment distribuées gratuitement aux populations solvables et insolvables au titre de l'Aide Alimentaire.

Cependant, ces distributions gratuites indifférenciées d'aide alimentaire aux habitants solvables eurent des effets collatéraux particulièrement désastreux.

En effet, bien que ces pays eussent été affectés par des catastrophes climatiques, leur agriculture et leur élevage ne furent pas intégralement détruits. En agriculture, par exemple, il demeura une partie de la production qui se commercialisa « normalement » à destination des personnes solvables.

Or, les distributions gratuites d'aide alimentaire à destination de ces personnes solvables constituèrent une concurrence déloyale pour les productions locales, indigènes, encore disponibles. Les distributions gratuites firent s'écrouler les prix de marché aux dépens des agriculteurs de produits vivriers (céréales, notamment).

Ayant constaté ces effets pernicieux de l'aide alimentaire distribuée gratuitement aux personnes solvables, les pays bailleurs d'aide alimentaire entreprirent de rectifier le tir.

À cet effet, ils décidèrent que les personnes solvables pourraient acheter de l'aide alimentaire sous condition de la payer au cours des produits locaux. Les sommes obtenues par ces ventes d'aide alimentaire seraient données aux gouvernements pour mettre en œuvre des Projets de Développement dans l'agriculture ou dans l'élevage.

Mais, les bailleurs d'aide alimentaire ne se rendirent pas compte que, dans ces nouvelles conditions, les personnes solvables se trouvaient en situation de s'approvisionner selon trois sources :
1) Produits locaux,
2) Produits importés par les commerçants du pays,
3) Aide Alimentaire exportée par les pays bailleurs d'aide alimentaire et commercialisée par l'État.

Dans un tel contexte, ladite « aide alimentaire commercialisée vers les personnes solvables » perd toute qualidé d'aide alimentaire et devient un simple produit de concurrence aux produits locaux et aux importations des commerçants du pays.

Bref, cela ne correspond en rien à une action d'aide alimentaire dont la vraie nature est de continuer d'être exclusivement distribuée gratuitement aux personnes insolvables : agriculteurs et éleveurs sinistrés (ruraux) et personnes sans revenu (urbains) ! ! !

À ce jour, les pays riches continuent de fournir ce qu'ils continuent de nommer « aide alimentaire » aux fins de commercialisation par les gouvernements bénéficiaires pour financer des projets de Développement...

En fait, cette soi-disant « aide alimentaire » pourrait être remplacée par la constitution d'une Réserve Financière destinée, si besoin était, à acquérir des produits alimentaires auprès des importateurs locaux aux fins de distribution gratuite au bénéfice des seuls insolvables.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article