Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
SincéritéS

Poutine résulte de l'incohérence politico-militaire des USA en 1948 ! ! !

9 Mars 2022 , Rédigé par Jean-Pierre Llabrés Publié dans #Géostratégie

1.Le blocus de Berlin

En février 1945, par les Accords de Yalta, les USA, l’Angleterre et l’URSS s’étaient engagés à aider les États, jusqu’alors dépendants de l’Axe, à « résoudre leurs problèmes politiques et économiques les plus urgents » ainsi qu’à « constituer des gouvernements démocratiques représentatifs de l’ensemble des courants politiques de leur population ».

Depuis la fin du conflit mondial en Europe, l’URSS s’était appliquée à transformer les « Accords de Yalta » en un prétendu « Partage de Yalta », à son avantage, et à constituer des « démocraties populaires » dans les pays de l’est‑européen qu’elle avait eu l’occasion de « libérer », y compris dans la partie orientale de l’Allemagne qu’elle occupait.

Forts du constat de non respect des accords de Yalta par l’URSS, notamment en Allemagne orientale, les alliés occidentaux décidèrent, en mars 1948, lors de la Conférence des 6 ministres des affaires étrangères (Angleterre, Belgique, France, Luxembourg, Pays‑Bas et USA), de créer un État ouest‑allemand.

L’URSS prit prétexte de ce projet pour initier le Blocus de Berlin à partir du 24 juin 1948.

Les alliés occidentaux, et notamment les USA, y répondirent par l’établissement d’un pont aérien, destiné à approvisionner la population de Berlin‑ouest, qui dura jusqu’à la fin de la crise, le 12 mai 1949, lorsque l’URSS renonça à s’opposer à la création d’un État ouest‑allemand.

2.Plans stratégiques américains

Au Japon, en 1945, trois ans avant le déclenchement du Blocus de Berlin, les USA avaient fait la démonstration de la puissance destructrice des bombes atomiques autant pour forcer le Japon à la capitulation que pour impressionner l’URSS. En 1948, les USA avaient donc le monopole de cette nouvelle arme1.

Dès 1945, les USA disposent, dans leurs cartons, de plans nucléaires orientés vers l’URSS. Déterminer si ces plans étaient offensifs (attaque préventive) ou défensifs (riposte légitime) n’est pas absolument évident ni nécessaire. On ne peut que constater qu’aucun de ces plans n’a jamais été exécuté ; pas plus que la menace de leur mise en œuvre, comme instrument politico‑diplomatique, n’en a été brandie.

« Totality » était le nom de code du tout premier plan, en 1945. Il consistait en des bombardements atomiques d’une vingtaine de villes en URSS. Ce plan fut suivi de :
« Pincher », en 1946 (50 bombes atomiques sur 20 villes russes) ;
« Charioteer », en 1947, lancement de 133 bombes atomiques sur 70 villes soviétiques pendant 30 jours (dont 8 sur Moscou et 7 sur Léningrad) puis, 200 autres bombes atomiques suivies de 250.000 tonnes d’explosifs classiques pendant deux ans ;
« Trojan », mai 1949, 1ère phase de 2 semaines contre 30 villes soviétiques ; 2ème phase de 2 semaines contre 40 autres villes ; et cætera …

3.Carence conceptuelle américaine

Dans ces conditions, la logique conduit à penser qu’au blocus soviétique de Berlin, les USA, au lieu de se contenter de mettre en place le pont aérien, auraient dû, ou pu, répondre par un ultimatum nucléaire aux termes duquel l’URSS aurait été sommée, au minimum, de cesser immédiatement ledit blocus faute de quoi elle serait l’objet de frappes atomiques sur son propre territoire.

De surcroît, en raison de la disproportion des forces nucléaires, très largement en faveur des USA étant donné qu'ils en avaient le monopole, ceux‑ci auraient également pu inclure, dans leur ultimatum, l’évacuation par les troupes soviétiques de tous les États de l’est européen ainsi que l’instauration d’une authentique démocratie en Russie.

Or, de manière étrange, on ne trouve, dans aucun ouvrage historique, une seule mention de cette opportunité ; exactement comme si, à aucun moment, il n’avait été fait de relation entre les capacités militaire et politique de l’arme nucléaire en raison de son pouvoir de destruction massive. Surtout quand l’ennemi, l’URSS en l’occurrence, était « nucléairement nu ».

Tout semble s’être passé comme si les politiques américains n’avaient perçu l’arme nucléaire que comme une arme « conventionnelle » de plus2.

Quoi qu’il en ait été, cette carence conceptuelle américaine, au moment du Blocus de Berlin, fait entrer le monde dans la Guerre Froide3.

4.Hypothèses d’explication de cette carence américaine

4.1.Hypothèse 1

Les conseillers et directeurs de la Maison Blanche, du Département d’État et du DoD‑Pentagone auraientt effectivement étudié et proposé au président Truman4 une option de dissuasion nucléaire pour en finir, au minimum, avec le Blocus de Berlin. Mais, Truman, non seulement n’aurait pas retenu cette option, mais, de plus, se serait abstenu de toute référence officielle5.

Il resterait à déterminer la réalité de cette option, le contenu d’un éventuel ultimatum destiné à l’URSS ainsi que les raisons pour lesquelles Truman ne l’aurait pas retenue. Il faudrait produire les preuves que cette option avait bien été envisagée.

4.2.Hypothèse 2

Les conseillers et directeurs de la Maison Blanche, du Département d’État et du DoD‑Pentagone n’auraient, tout simplement, jamais envisagé cette option…

On ne peut que s’en étonner. Il n’en reste pas moins qu’aucun élément n’existe pour réfuter cette hypothèse.

5.Retour de bâton soviétique

Après que les USA aient laissé passer l’opportunité du Blocus de Berlin pour mettre l’URSS « échec et mat », c’est l’URSS qui, la première, aux dépens des USA et de leurs alliés, démontrera l’usage qui peut être fait de l’arme atomique dans le cadre d’une « diplomatie nucléaire ».

En novembre 1956, en raison de la nationalisation du Canal de Suez par le Président égyptien Nasser, les Anglais, Français et Israéliens entreprendront une expédition militaire afin de rouvrir le canal à la circulation des pétroliers venant du Golfe persique.

Dans la nuit du 5 au 6 novembre, l'URSS, en la personne de son chef de gouvernement, Nikolaï Boulganine, menaça Anglais, Français, et Israéliens de frappes nucléaires s'ils ne mettaient pas un terme à leur agression6. En raison de leurs alliances, les USA craignant une escalade nucléaire qui les impliquerait, intimèrent l’ordre, à leurs alliés, de renoncer à leur action militaire7.

En réalité, les USA, certainement moins soucieux d’une escalade nucléaire avec l’URSS que de saisir l’opportunité d’évincer la France et l’Angleterre du Moyen‑Orient, se sont empressés de mettre au pas leurs alliés britanniques et français8.

On en trouve la preuve dans le fait que, exactement à cette même date, l’URSS massacrait allégrement les Hongrois révoltés et que les USA se gardèrent bien de faire cesser cette hécatombe en menaçant symétriquement l’URSS de frappes nucléaires si elle continuait son œuvre de « pacification massive » en Hongrie.

Mais, en 1962, lors de l’affaire des missiles soviétiques de Cuba, la menace nucléaire des USA contraignit l’URSS à retirer lesdits missiles9. Tardif mais juste retour des choses.

Cependant, les USA ne peuvent que regretter, après avoir été les innovateurs techniques de l’arme nucléaire, de ne pas en avoir été les innovateurs diplomatiques, à l’occasion du Blocus de Berlin.

6.Conséquence majeure du Blocus de Berlin

La gestion américaine du Blocus de Berlin a fait entrer le monde dans la Guerre Froide. Ce faisant, les USA ont confirmé l’entérinement de la transformation, de facto, des « Accords de Yalta » en « Partage de Yalta ».

Les victimes en ont été essentiellement les pays de l’est européen qui se sont retrouvés sous la coupe soviétique durant un demi siècle alors qu’un ultimatum « nucléaire » des USA aurait, peut‑être, contraint l’URSS à se retirer dans ses frontières.

Bien sûr, a posteriori, nul ne peut affirmer qu’un tel ultimatum aurait garanti les résultats escomptés.

Mais, il est aujourd’hui certain que cette hypothèse d’ultimatum ne fut, à l’époque, même pas envisagée par les USA en dépit d’un contexte qui leur était éminemment favorable.

Cette leçon de l’Histoire devrait inciter les USA à une plus grande modestie quant à leur capacité d’analyse des problèmes géostratégiques mondiaux…

7.Conclusion

Si les soviétiques avaient été éradiqués dès 1948, la Russie aurait pu connaître, comme le Japon, une évolution démocratique et économique toute autre de celle qu'elle a vécue.
Et le Poutine que nous connaissons ne serait jamais parvenu au pouvoir ! ! !...

N.B. : Ce qui vaut pour la Russie vaut également pour la Chine continentale à la même époque.

=======================================================

1L’URSS ne procédera à son premier essai nucléaire qu’en août 1949, soit trois mois après la fin du Blocus de Berlin. Cet essai, annoncé dès août par les USA, ne sera confirmé qu'en septembre par l'URSS.

2Cette appréciation semble confirmée par le fait qu’en novembre 1950, le Président Truman et le Général Mac Arthur ont envisagé l’utilisation de l’arme nucléaire sur le champ de bataille coréen alors même que les USA ne disposaient plus du monopole nucléaire depuis août 1949.

3Celle‑ci ne s’achèvera qu’en 1989, lorsque Gorbatchev renoncera à l’affrontement politico‑militaire et lui préférera la compétition économique.

4En campagne électorale au moment du Blocus de Berlin. Élu le 2 novembre 1948.

5Une telle discrétion est en total désaccord avec sa décision antérieure, en 1945, de bombardement atomique du Japon ainsi qu’avec son option publique ultérieure d’usage possible de l’arme atomique durant la guerre de Corée, en 1950.

6Dans un documentaire, Jean Lacouture affirme « qu’ils » (lui-même ? les gouvernements britanniques ou/et français ?) n’ont jamais cru à la réalité de la menace soviétique. N’étant pas du sérail, je ne suis jamais parvenu à trouver une adresse me permettant de l’interroger plus avant sur les motivations de cette certitude.

7Par ailleurs, depuis le 31 octobre, les USA menacent la Grande‑Bretagne de couler la Livre Sterling à Wall Street.

8C’est sans doute cette humiliation française au Moyen‑Orient qui, ultérieurement, incitera le Général de Gaulle, lors de son retour au pouvoir, en 1958, à doter la France d’une force nucléaire de dissuasion.

9On n’apprendra qu’en 2001 que l’URSS disposait, au large de Cuba, de 3 sous‑marins dotés de torpilles à têtes nucléaires qui ne durent qu’à des problèmes techniques de ne pas être utilisées.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
un article en attende de modération chez Agoravox<br /> <br /> https://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=241338<br /> <br /> J’ai voté pour !<br /> <br /> « Pour l’interdiction à Jean-Pierre Llabrès de proposer de nouveaux articles »<br /> auteur : Eratosthène<br /> <br /> Probablement chaque semaine, et depuis plusieurs années, Jean-Pierre Llabrès propose inlassablement, malgré les dizaines de refus, même pas son même article, mais sa même liste de liens vers des articles déjà publiés ailleurs, comme si Agoravox n'avait que pour but que de servir de caisse de résonnance à un site quelconque (que je ne citerai pas pour lui faire davantage de publicités) fourmillant d'articles quelconques écrits par cet obscur anonyme.<br /> On appréciera le titre (Lettre ouverte aux AgoraVoxiens intelligents et intellectuellement honnêtes (si, si, il en existe !).) et le chapeau d'une abyssale condescendance :<br /> " Illustrant a contrario la phrase attribuée à Voltaire : "Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire" quitte à combattre vos idées après leur parution, des "pseudo" "soi-disant" "supposés" "modérateurs" ont systématiquement fait obstacle à la mise en ligne de mes articles (trente-neuf), dont un depuis juin 2017, en engageant des débats parfaitement déplacés avant parution et sans que la direction d'Agoravox daigne intervenir. En conséquence, les AgoraVoxiens intelligents et intellectuellement honnêtes pourront consulter ces trente-neuf articles, certes d'inégale qualité, grâce aux URL ci-dessous.<br /> N.B. : Fort de mon expérience précédente, je ne répondrai pas aux éventuels commentaires en modération, pour les reprendre ultérieurement, car c'est un exercice fastidieux et vain.<br /> Je remercie les AgoraVoxiens intelligents et intellectuellement honnêtes qui m'ont apporté leur appui en modération.<br /> Cordialement,<br /> <br /> Jean-Pierre Llabrés"<br /> <br /> Ainsi, si au début il s'agissait de faire publier ses écrits, ce n'est plus le cas ! Il ne s'agit pas de faire publier ni un article ni une liste de liens sans aucun intérêt (n'importe qui peut lire les susdits articles sur internet) sur Agoravox, non, c'est pour que la masse des Agoravoxiens, plongés dans l'abime de l'ignorance, manifestement incapables de chercher tous seuls comme des grands, puissent accéder aux écrits de notre nouveau phare de la pensée humaine, notre Jean-Pierre Llabrès ; la poignée de censeurs perfides, sans aucun doute vendu à Macron ou à l'extrême-droite, ne fera ainsi pas obstacle à ce que la masse laborieuse puisse, pleurant de joie, découvrir, tels les adeptes d'une secte quelconque pétrie d'émotion en lisant les nouvelles réflexions de leur gourou avec encore plus d'enthousiasme que les communistes se pâmant sur Le Petit livre rouge de Mao, les prédictions riches et puissantes de Jean-Pierre Llabrès.<br /> Mais arrêtons-nous quelques instants.<br /> Et si la masse des lecteurs n'avaient strictement rien à faire des écrits de jean-Pierre Llabrès ? Si les quelques auteurs faisant obstacle à la parution des écrits du quidam ne le faisaient pas forcément de manière idéologique (à titre personnel, je suis bien loin d'être un sympathisant macroniste et un valet du capital) mais simplement parce qu'ils pensaient initialement que les articles étaient mal écrits et ensuite parce qu'ils estiment que des listes de liens d'articles publiés ailleurs n'ont aucun intérêt ? On dirait un peu ces illustres inconnus qui veulent à tout prix publier un article dans wikipedia sur leur groupe de musique qui s'est produit une fois dans un garage abandonné devant 5 prsonnes et qui, devant leur échec, se mettent à hurler à la censure fascisante et essayent par tous les moyens possibles, persuadés que la masse immense des internautes n'attend que cet article pour se précipiter à leurs concerts, alors que personne n'a rien à faire de leurs efforts pathétiques pour se faire inviter là où ils ne sont pas les bienvenus.<br /> Dans le même temps, on voit, statistiquement parlant, que M. Llabrès, qui se plaint de l'obstacle de gens à la publication de ses articles, à côté de sa citation de Voltaire, n'hésite pas à refuser la publication de 867 articles, oui, 867 articles ; rapporté à ses 1737 articles modérés, cela fait 49,9% de refus... Puisqu'il cite Voltaire, je vais citer la Bible de mon côté : "ils chargent les autres de fardeaux qu'eux-mêmes ne touchent pas du doigt".<br /> Du coup, à chaque fois que je traîne dans l'espace modération, comme le chien de Pavlov, je ne peux m'empêcher de soupirer en voyant une fois de plus le titre prétentieux et ridicule de Jean-Pierre llabrès, comme si le fait, en cliquant sur autoriser l'article de M. Llabrès, de me voir promettre une remise d'un brevet d'honnêteté intellectuelle et d'intelligence par un parfait anonyme dont je me contrefiche, allait changer mon attitude ! Hé bien non, refus, une fois de plus.<br /> Alors me dira-t-on, vous avez refusé la cent-cinquantième tentative de M. Llabrès de publier sa crotte, pourquoi venir se plaindre ?<br /> 1) parce que j'estime que M. llabrès se moque du monde et contourne les règles. Un article refusé ne devrait pas faire l'objet d'une nouvelle, et à fortiori de 150, nouvelles tentatives de republication<br /> 2) Parce que cela fausse les statistiques de modération : j'ai 51 refus, je pense que la moitié environ des refus sont dus à un unique article<br /> 3) parce que les auteurs n'ont pas à supporter ces misérables tentatives de forcing ridicules qui ne révèlent que l'insondable orgueil de l'auteur.<br /> Voilà pourquoi il est urgent d'interdire à M. Llabrès le droit de reproposer ses articles.
Répondre
J
Merci pour votre appui.
A
Article passionnant. En présenter le lien en 38ième position n'incitera guère les pseudo modérateurs d'Agoravox à le lire. Il faudrait proposer l'article lui-même, mais Agoravox (ce qu'il est devenu) en mérite-t'il la publication ?
Répondre
J
"harcèlement tristement ridicule AgVx"<br /> Ce commentaire, sur agoravox, est-il bien de vous ?...
J
"- mais publiez donc le texte de l'article 38, au moins vous serez lu... du moins je l'espère AgVx"<br /> Publier l'article 38 seul serait capituler devant les pseudo modérateurs d'agoravox et abandonner les 37 autres.
J
Merci beaucoup pour votre appréciation.<br /> Quant à agoravox...