Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SincéritéS

Comment interdire le voile intégral dans l’espace privé que constitue une automobile ?

13 Décembre 2010 , Rédigé par Jean-Pierre Llabrés Publié dans #Société

La justice vient de relaxer un bipède au voile intégral (niqab) qui avait été verbalisé pour conduite malaisée et dangereuse d’une automobile en raison du port du niqab.

Or, au printemps 2011, entrera en vigueur la loi interdisant tout voile intégral, niqab, burqa, etc., dans tout l’espace public français.

Mais, l’automobile étant considérée comme un espace privé, le port du voile intégral y restera autorisé, pour l’instant.

Si le législateur entend vraiment éradiquer le voile intégral de tout l’espace public français, il lui faudra l’interdire également à l’intérieur de l’espace privé que constitue l’automobile circulant dans ledit espace public français.

Le problème n’est pas tant de l’y interdire que de trouver un motif sérieux et inattaquable d’interdiction puisque le jugement qui vient d’être prononcé exclut la dangerosité de la conduite du fait du port d’un voile intégral.

Personnellement, je ne vois qu’une solution dont l’exposé demande une brève digression.

La majorité des radars contrôlant les excès de vitesse automobile photographie les véhicules par derrière en ne laissant voir que la plaque d’immatriculation mais nullement la nuque du conducteur.

Il convient donc de modifier le système de manière à ce que tous les radars photographient les véhicules de face en montrant la plaque d’immatriculation ainsi que le visage du conducteur.

Dans cette configuration, les bipèdes au voile intégral violeront la réglementation du fait qu’ils ne seront pas identifiables sur les photographies.

En conséquence, pour ce motif, le législateur pourra interdire le port du voile intégral par le conducteur d’une automobile en dépit du fait que cet espace demeurerait privé.

Si une telle décision était prise, ce serait une avancée démocratique puisque les conducteurs ayant commis un excès de vitesse seraient identifiés sans discussion possible au lieu qu’aujourd’hui le propriétaire d’un véhicule ayant commis un excès de vitesse ne peut se disculper qu’en se livrant à la délation de la personne qui conduisait effectivement le véhicule.

Ce serait une belle ironie qu’une avancée démocratique soit générée par le voile intégral...

Ou, plutôt, par la recherche d’un motif à son interdiction au volant d’une automobile ! ! !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article