Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SincéritéS

La Française Des Jeux (FDJ) pourrait générer, chaque jour, 3 millionnaires dotés de 5 millions d’Euros chacun !

1 Décembre 2011 , Rédigé par Jean-Pierre Llabrés Publié dans #Refondation du Capitalisme & Dividende Universel

 

Pour l’année 2010, le bilan global de La Française Des Jeux (FDJ) s’établit comme suit :
Chiffre d’affaires (CA) :             10,551 milliards d’Euros
Versement à l’État :                    2,592 milliards d’Euros (24,6 % du CA de la FDJ)
Redistribution aux joueurs :            6,789 milliards d’Euros (64,3 % du CA de la FDJ)
Résultat brut FDJ :                       1,170 milliard d’Euros

L’ensemble des mises (CA de la FDJ) provenait de 27,800 millions de parieurs à raison de :
379,53 Euros per capita et par an,
  31,63 Euros per capita et par mois,
    7,30 Euros per capita et par semaine,
     1,04 Euros per capita et par jour.

Durant cette année 2010, la FDJ a généré 92 millionnaires avec un gain individuel maximum supérieur à 42 millions d’Euros. Inexplicablement, la FDJ se refuse à communiquer le montant total des gains que se sont partagés ces 92 gagnants à plus d’un million d’Euros ce qui interdit de calculer le gain moyen par gagnant.

En septembre 2011, un gagnant record de l’EuroMillions a empoché plus de 162 millions d’Euros.

L’énormité de la somme a ému le député Éric Straumann qui suggère que les gains soient limités à 30 millions d’Euros au lieu de 185 millions d’Euros actuellement.

Cependant, rien n’indique que ledit député ait suggéré que le montant maximum des gains soit réparti entre plusieurs gagnants, soit 185/30 = 6 gagnants au lieu d’un gagnant unique.

Quoi qu’il en soit, en 2010, la FDJ a redistribué 6,789 milliards d’Euros aux gagnants, soit 18,600 millions d’Euros par jour.

S’il était fixé un plafond de gain de 5 millions d’Euros per capita (au lieu des 30 millions d’Euros préconisés par le député Straumann), la FDJ serait donc en capacité de générer, chaque jour, 3 millionnaires dotés de 5 millions d’Euros chacun. Soit un total de 1.095 millionnaires chaque année ! (au lieu de seulement 92 en 2010)

En admettant qu’un capital soit rémunéré à raison de 4 %, 5 millions d’Euros généreraient un dividende annuel de 200.000 Euros, soit un potentiel de disponibilité maximale mensuelle de 16.667 Euros (sans accroissement du capital). Certes, par exemple, le détenteur de ce capital pourrait limiter sa disponibilité maximale mensuelle à 8.333 Euros, soit 100.000 Euros annuels (50 %), ce qui lui permettrait de recapitaliser également 100.000 Euros (50 %) afin que son capital continue de s’accroître ainsi que le dividende qui en résulterait.
Bien d’autres possibilités intermédiaires existent...

De plus, pour éviter qu’un gagnant ne dilapide son capital de 5 millions d’Euros, le gain effectif pourrait prendre la forme d’un dividende à vie de 75 % des profits annuels du capital, soit 150.000 Euros annuels (12.500 Euros mensuels), accompagnée d’une recapitalisation minimale de 25 %, soit 50.000 Euros annuels, afin que le capital initial (et ses profits annuels, dividendes inclus) continuent de croître.

Ainsi, revenant à la Française des Jeux, en modifiant sa philosophie de la redistribution aux gagnants et ses modalités de fonctionnement, mais sans modifier ses gains (ni ceux de l’État), la FDJ pourrait introduire quelque éthique dans son activité et multiplier par près de 12 le nombre de millionnaires qu’elle génère chaque année (1.095 au lieu de 92 gagnants millionnaires en 2010).

Rêvons d’une Loterie Citoyenne !

En février 2011, la France comptait 43,2 millions d’électeurs inscrits, potentiellement contribuables.

Imaginons que ces électeurs décident qu’au moment de payer leurs impôts ceux-ci soient automatiquement augmentés de 365 Euros per capita pour l’année, soit 1 Euro per capita et par jour, à seule fin de participer à une Loterie Citoyenne dont les gagnants seraient déterminés par tirage au sort des numéros de Sécurité Sociale.

Annuellement, la Loterie Citoyenne aurait donc 15,768 milliards d’Euros à répartir entre les 43,2 millions d’électeurs-parieurs, soit 43,2 millions d’Euros par jour à raison de 5 millions d’Euros par gagnant ; les gagnants ne pourraient gagner qu’une seule fois mais devraient continuer de miser 1 Euro per capita et par jour afin d’assurer la pérennité du système de Loterie Citoyenne.

Chaque jour, la Loterie Citoyenne générerait donc 8 millionnaires dotés de 5 millions d’Euros chacun, soit 2.920 millionnaires chaque année !

Comme le numéro de Sécurité Sociale est, en réalité, un Numéro INSEE dont le premier nombre est systématiquement et exclusivement 1 (homme) ou 2 (femme), il pourrait être décidé que, chaque jour, une première moitié des gagnants serait constituée de femmes, et la seconde moitié constituée d’hommes, de manière à respecter la parité femmes-hommes.

Tout cela sonne bel et bon. Cependant, quand bien même les résultats de la Loterie Citoyenne seraient bien plus équitables que ceux de la Française des Jeux, il existe un énorme « mais »...

À raison de l’émergence de 2.920 millionnaires chaque année, grâce à la Loterie Citoyenne, pour que les 43,2 millions d’électeurs actuels puissent, eux aussi, devenir millionnaires il ne faudrait pas moins de 14.795 ans !...

Devant une telle perspective, il convient alors de s’orienter vers un autre projet qui apporterait des résultats comparables dans un délai bien moindre que ces 14.795 ans et, également, dans un délai inférieur aux quasi 165 ans, de 1848 à nos jours, durant lesquels Karl Marx a honteusement fourvoyé le Prolétariat :
Le Dividende Universel.

Mais, cela, c’est une tout autre aventure !...

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article