Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SincéritéS

Monde arabo-musulman : la Turquie pour modèle ?

14 Février 2011 , Rédigé par Jean-Pierre Llabrés Publié dans #Politique


Les événements survenus en Tunisie et en Égypte laissent augurer d’une démocratisation de ces deux pays ainsi que d’une possible et souhaitable contagion aux autres pays arabo-musulmans.

Cependant, le processus n’en est qu’à son tout début et nul ne sait s’il débouchera sur l’avènement de Démocraties (laïques) ou de Républiques islamiques.

Il n’existe guère de doutes sur la réelle volonté démocratique et laïque des partis politiques non religieux.

Il n’en va pas de même pour ce qui concerne les mouvements d’inspiration religieuse parmi lesquelles on identifie facilement, en Égypte, les Frères Musulmans, partisans d’un Islam intégriste.

Mais, en Tunisie comme en Égypte, on n’aperçoit pas de parti se déclarant « Démocrate-musulman » (équivalent du parti « Démocrate-chrétien » en Occident) et qui pourrait contrebalancer l’attrait éventuel de partis « islamistes », « intégristes », non démocratiques.

Pour la majorité des pays arabo-musulmans, l’unique exemple d’un « parti démocrate-musulman » au pouvoir leur vient de leur ancienne puissance colonisatrice, la Turquie, dirigée, depuis 2002, par le parti pour la justice et le développement ou AKP (Adalet ve Kalkınma Partisi), parti islamo-conservateur, dont le président est l’ancien maire d’Istanbul Recep Tayyip Erdoğan.

Il en résulte que la diplomatie turque devrait disposer d’un réel potentiel d’influence dans les pays arabo-musulmans désireux d’évoluer vers des régimes démocratiques.

Certes, l’exemplarité démocratique de la Turquie n’est pas parfaite. Mais, dans ses négociations en vue d’une adhésion future à l’Union Européenne, l’AKP d’Erdoğan n’a pas encore été pris en défaut d’effort de démocratisation.

En conséquence, la Turquie devrait pouvoir constituer un trait d’union entre les pays arabo-musulmans souhaitant s’engager dans un processus de démocratisation et les démocraties occidentales.

Car, en réalité, tout processus authentique de démocratisation ne peut que rapprocher les peuples indépendamment de leurs différences culturelles, religieuses, et cætera, car La Démocratie contraint à se rallier à des valeurs universelles dépassant tous les particularismes.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article