Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SincéritéS

Présidentielle 2002 : Choisir entre la peste et le choléra. Les Législatives permettront de se débarrasser de la peste et du choléra !

22 Avril 2002 , Rédigé par Jean-Pierre Llabrés Publié dans #Politique France

Depuis que Chirac et Le Pen sont apparus comme les finalistes de l'élection présidentielle, nombre d'explications a été avancé pour rendre compte de cette surprenante situation. Cependant, ces explications n'ont pas été mentionnées comme résultant d'une cause commune, à savoir : la succession de trois cohabitations en un peu plus de quinze ans.

En effet, ces cohabitations successives, certes dues au vote des Français mais, également, à leur lâche acceptation par le personnel politique, ont progressivement brouillé tous les messages politiques, de Droite comme de Gauche. Ainsi, les Français ont, cette fois-ci, éliminé le dernier Premier Ministre quand il s'agissait de décider du sort du Président de la République sortant.

On peut aisément concevoir que, dès le premier tour, ils aient voulu signifier qu'ils ne voulaient pas de Lionel Jospin comme Président. Dans cette perspective, on peut également interpréter le faible score de Jacques Chirac comme la signification de leur désir de ne pas le réélire. D'où, dans le magma du vote, qui est tout sauf une offensive concertée, le surprenant score de Le Pen : un important dommage collatéral ! Quoi qu'il en soit, il n'en demeure pas moins que les Français doivent maintenant choisir entre la peste et le choléra.

Il est des électeurs, dont je suis, qui, sans vouloir de Lionel Jospin comme Président, ne pardonneront jamais à Jacques Chirac de s'être fait élire, en 1995, sur un programme de réduction de la fracture sociale puis, sitôt élu, d'avoir changé de programme. Pour ceux-là, il est plus que jamais hors de question de voter pour Jacques Chirac ; en dépit des appels de la Gauche à voter en sa faveur. Mais, l'abstention pourrait permettre à Le Pen de se voir élu Président de la République.

Si Jacques Chirac est réélu, la pilule sera bien amère. Circonstance aggravante : il est également possible qu'il puisse obtenir une majorité de gouvernement à l'Assemblée Nationale. Dans cette navrante hypothèse, sauf événement exceptionnel, il nous faudra subir ce triste sire et ses affidés durant cinq ans ! Mais, heureusement, ce n'est pas inéluctable.

Jacques Chirac étant réélu Président, la bataille des législatives sera rude. Les partisans de Le Pen, suite à la présidentielle perdue, auront à cour de prendre leur revanche : les triangulaires seront nombreuses et pourraient largement profiter à la Gauche qui, au final, pourrait se retrouver avec la majorité absolue (Au pire : avec une majorité relative de blocage permanent.). Dans cette hypothèse, si se manifestent enfin le courage et la ferme volonté (clairement annoncée) de ne pas cohabiter, Jacques Chirac se trouvera dans l'obligation, faute de pouvoir former un Gouvernement, de remettre en jeu son tout nouveau titre de Président. Il serait alors possible de s'en débarrasser définitivement.

Le Pen étant élu Président, ses troupes auront à coeur de confirmer cette victoire présidentielle par une victoire aux législatives : la bataille des législatives sera aussi rude que dans le cas précédent. Dans ce cas de figure, la Gauche peut également espérer retrouver la majorité absolue à l'Assemblée Nationale. Et, toujours en refusant de cohabiter, elle pourrait contraindre Le Pen à provoquer une nouvelle élection présidentielle qui pourrait lui être fatale.

Aujourd'hui, la Gauche est exsangue. Néanmoins, que Jacques Chirac ou Le Pen soit élu Président de la République, tout n'est pas encore perdu pour la Gauche tant que l'on n'est pas parvenu à la fin des élections législatives. À Droite, la guerre pour la majorité absolue à l'Assemblée Nationale, entre les partisans de Jacques Chirac et de Le Pen, sera très meurtrière : la Gauche peut encore se ressaisir, l'emporter aux législatives et, en refusant absolument de cohabiter, provoquer une nouvelle élection présidentielle.

Si ce scénario s'avérait exact, Lionel Jospin pourrait regretter d'avoir abandonné le combat avant le terme ultime des législatives.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Garnier 28/08/2010 17:10


De la nuance??? Jamais. Des principes oui: ne jamais réduire l'adversaire politique à ce qu'il pense. C'est d'abord et avant tout un camarade qui a la même passion que soi et c'est cool. Ensuite,
il faut pas discuter car de toute manière, tous les hommes politiques sont là pour jouer et vivent du jeu. Donc tout cela n'est que du fake; vous semblez atterré par le fait que Chirac n'ait pas
réduit la fracture sociale??? Mais depuis quand attend t on d'un élu qu'il mette en place des idées aussi vagues que celle-ci? De ce fait: ne jamais être nuancer, s'exciter, s'énerver pour soutenir
bec et ongle, en insultant un peu, parfois, mais jamais trop vulgairement tout de même le camps adverse, ... et puis, comme il n'y a pas de réponse et que de tout manière personne ne sera satisfait
de ce que fera la personne élue et que les problèmes subsisteront etc, ben il faut se calmer et aller boire un canon avec la personne avec qui on vient de se mettre sur la gueule verbalement car
elle partage la même passion et entre passionnés, on se comprend, et puis passer à autre chose! Mais de la nuance: jamais! Moi quand je parle politique je suis hyper grossier et j'adore le
name-dropping! Je regarde questions au gouvernement pour m'énerver, je lis Libération pour m'énerver, Le Figaro pour me rassurer, L'imMonde pour m'énerver et désormais votre blog Delorien et ras
les pâquerettes: c'est ça la politique: les rêves de beaucoup nourrissant au sens propre les autres! Gérard Colomb tête de con! Et pourtant je l'aime bien ce socialiste connard! C'est le maire de
ma ville natale et je dis heureusement que c'est lui et pas l'immonde Perben! vous voyez! Mais il reste que c'est une ordure de gauche dévoyée! Allez, je vous laisse parce que je commence à
m'énerver tout seul! Ici au Mexique il n'est que 10 heures (je suis au bureau) c'est pas une heure pour s'emporter de la sorte!


Jean-Pierre Llabrés 28/08/2010 17:35



Et vous n'avez que 27 ans ! Comment serez-vous plus tard ? ...



Garnier 28/08/2010 16:30


Oh la la! J'ai honte pour vous; allez, je change de page web car c'est pas possible de lire des conneries aussi confites de stupidité à l'état pur! Franchement, merci Le Pen d'avoir viré ce con de
Jospin et vive Chirac le voleur, vive Sarkozy et au diable les gentils gentils aux idées sympa! Vous êtes cuits!


Jean-Pierre Llabrés 28/08/2010 16:48



Que c'est beau un homme de droite qui s'assume pleinement ! ! !



Garnier 28/08/2010 16:26


Purée, en plus je relis la fin de votre article et votre analyse est vraiment Zéro! Franchement, le FN n'a eu aucun siège à l'AN cette fois ci, pas plus qu'en 2007. Vous n'y connaissez vraiment
rien, vous devez être un pauvre nanti auto satisfait et habiter dans une maison qui vous a coûté les yeux de la tête, être progressiste et "bien pensé", être révolté contre tout ce qui est pas
bien, avoir un enfant unique et une femme avec une coupe plutôt courte! Pfff, c'est dingue d'oser s'exprimer sur Internet alors que l'on n'a pas la moindre légitimité ni la moindre once de flair
voire de bon sens! Franchement, mon bon monsieur, cessez votre activité stupide, vos idées gentillettes et fades n'intéressent personne et surtout ennuient les rares âmes vous faisant l'amabilité
de vous lire! Non mais franchement, je ne comprends pas, c'est du "sous-Duhamel" ce que vous faîtes! C'est le niveau zéro de la réflexion: variez vous source d'émulsion intellectuelle, il n'y a pas
que Libération dans la vie, lisez des livres, des vrais aussi! Lamentable!


Jean-Pierre Llabrés 28/08/2010 16:47



Quelle virtuosité dans les clichés ! ! !



Garnier 28/08/2010 16:15


Franchement, le 21 Mai 2002 j'étais hyper content! J'avais voté Chirac (première élection pour moi, j'avais 19 ans) et j'ai quasiment pleuré de joie et de surexcitation en voyant Le Pen au second
tour. J'aime tellement ce moment que souvent je retourne sur YouTube pour revoir les résultats de l'annonce, tout comme je revois souvent le jour de la défaite de Royal! Franchement, je suis ravi
que les Français se soient rendu comptes que la gauche ne valait rien. De toute manière, la France est un pays de droite et pas de gauche alors rendez tous les hommages que vous voulez à Mitterrand
et pleurez sur vos violons en rejouant l'air de "la démocratie en danger", pour ma part j'ai voté 2 fois Chirac en 2002, comme en 2007 j'ai voté 2 fois Sarkozy, en 2012, je compte bien faire de
même et avoir la chance de pouvoir encore une fois exploser joie à l'annonce des résultats du second tour. C'est un peu ma coupe du monde à moi, c'est même encore plus jouissif. Mais vous, je vous
l'assure, vous croyez que votre heure est arrivée avec Strauss Kahn mais... rêvera bien qui rêvera le dernier... Moi je m'en fous en fait royalement que ce soit Sarkozy ou Morano ou Chirac ou
Besson qui se présente, ce que j'aime dans la politique c'est voir perdre l'équipe adverse! Je suis une sorte de fanatique de l'UMP (sans carte, je vous rassure, c'est un parti de ploucs) mais je
soutiens mon équipe alors que vous, vous vous gargarisez de grandes idées à la con, vous "rêvez" d'une nouvelle société, vous voyez se "lever un espoir"... Et bien tout cela c'est du brin mon ami,
vous n'avez rien compris à la politique et à tous ceux qui font leur beurre avec vos illusions! Et pour ma part, je lis votre blog pour m'énerver et être encore plus remonté en ces temps
d'Université d'été du PS contre Martine, Dominique du FMI et Ségolène et Claude et François et toute la clique qui n'en peut plus d'attendre le pouvoir et qui sont au bord du viol collectif de la
République tellement ils attendent tous d'être de nouveau ministre ou une autre place de sauceur professionnel. Héhéhé!

Cordialement,

Jean Baptiste


Jean-Pierre Llabrés 28/08/2010 16:22



La nuance ? Le second degré ? ...