Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SincéritéS

L'unique vrai défi prioritaire du Président Hollande.

7 Mai 2012 , Rédigé par Jean-Pierre Llabrés Publié dans #Politique France

Chirac et Sarkozy ont respectivement accru la dette de 300 et 500 milliards d'Euros, la portant ainsi à un capital total de 1.700 milliards d'Euros à fin 2011.

À supposer que l'État doive gérer sa dette, capital et intérêts, en "bon père de famille", ses remboursements annuels totaux ne devraient pas dépasser 25 % de ses recettes, soit environ 75 milliards d'Euros.

Pour faire très simple, supposons que l'État puisse emprunter 1 milliard, sans intérêt, sur une durée de 10 ans (fin juin 2011, la durée de vie moyenne de la dette française s'établissait à 7,08 années). Cela représente un remboursement annuel de 100 millions d'Euros et signifie que l'endettement maximal de la France ne devrait pas dépasser 750 milliards d'Euros.

Il en résulte que, durant son quinquennat, le Président Hollande doit ramener la dette à un capital de 750 milliards d'Euros, soit une réduction du capital emprunté de 1.000 milliards d'Euros.

Il est improbable qu'il soit en mesure de trouver des recettes (ou des réductions de dépenses) d'un tel niveau : 200 milliards par an pendant 5 ans.

Il est plus probable qu'il sera conduit à renégocier la dette pour la rééchelonner dans le temps de manière à mettre en place un échéancier compatible avec la capacité de remboursement annuelle de l'État, soit 75 milliards d'Euros (capital et intérets).

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

totor 07/05/2012 11:58

Chirac et Sarko dette de 800 milliards.... OH !
Mais il y avait déjà 1000 milliards à la sortie de jospin ....
Pourquoi on n'en parle pas ? Les intérêts de ces 1000 milliards ne sont ils pas dans les nouvelles pertes ????

Je n'aime ni Sarko ni Hollande, j'aime la vérité

Jean-Pierre Llabrés 07/05/2012 14:52



Pour une vue exhaustive de la dette, je vous invite à lire le texte suivant :
France : L'accumulation des déficits
budgétaires de l'État explique l'endettement. Est-ce bien exact ?