Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SincéritéS

Démondialisation : une fausse voie d’avenir !

8 Octobre 2011 , Rédigé par Jean-Pierre Llabrés Publié dans #Économie

 

Avant la seconde guerre mondiale, le commerce mondial était régi par des tarifs douaniers fixés librement par chaque pays : avec un résultat plutôt anarchique et défavorable à la fluidité du commerce international.

En 1947, l’Accord Général sur les Tarifs Douaniers et le Commerce (GATT : General Agreement on Tariffs and Trade) établissait les règles du système.

L’Organisation mondiale du commerce (OMC, ou World Trade Organization, WTO, en anglais) est une organisation internationale qui a succédé au GATT et qui s’occupe des règles régissant le commerce international entre les pays. Au cœur de l’organisation se trouvent les accords de l’OMC, négociés et signés en avril 1994, à Marrakech, par la majeure partie des puissances commerciales du monde et ratifiés par leurs assemblées parlementaires.

En résumé, le monde s’achemine vers une uniformisation des tarifs douaniers et une plus grande fluidité du commerce international.

Aujourd’hui, la démondialisation est un concept prônant une nouvelle organisation de l’économie mondiale. Elle prend en compte l’augmentation des interdépendances humaines dans le monde mais s’efforce de les soustraire à la domination de la Globalisation financière et du Libre-échange.

Elle vise à rendre plus juste, sociale et écologique l’organisation économique mondiale grâce à de nouvelles règles endiguant les effets néfastes du libre-échange et du néo-libéralisme. Elle tend à mieux articuler la décision prise dans le cadre civique à l’action au niveau international.

La démondialisation se base principalement sur la mise en place de Taxes Douanières, modulées selon le coût écologique et social des marchandises, et la reterritorialisation de la production.

La paternité du terme « démondialisation » est attribuée au célèbre penseur philippin Walden Bello qui développe ce concept dans son ouvrage : « Deglobalization, ideas for a New World Economy ».

Selon lui, la mondialisation néolibérale née dans les années 1980 porte préjudice aux économies des pays du Sud qui se basent sur les seules exportations sans développer leur marché intérieur.

Cependant, par exemple, depuis les années 1950 et le début des indépendances, les vains efforts soutenus réalisés pour développer la production, le stockage et le commerce des produits vivriers sur le marché intérieur des pays du Sud contredisent significativement le diagnostic de Walden Bello ! ! !...Et, de ces 60 ans d’immense désastre, la mondialisation n’y tient aucune responsabilité.

Les protections commerciales ou protectionnisme : Afin de lutter contre les effets néfastes de la mise en concurrence au niveau mondial, les défenseurs de la démondialisation sont favorables à une meilleure protection des économies nationales. Ceci se traduit par la mise en place de barrières douanières. Ces dernières sont cependant modulées selon différents critères sociaux et écologiques. C’est ce que défend notamment l’économiste Jacques Sapir.

On retrouve également l’idée d’un protectionnisme différencié défendu par Jean-Noël Giraud, professeur à l’École des mines de Paris, qui viserait à favoriser les pays les moins avancés par rapport aux actuels pays émergents afin de donner plus d’équilibre au développement. Enfin, les protections ne doivent pas forcément se situer au niveau national, pour le démographe Emmanuel Todd par exemple, il s’agirait de mettre en place un protectionnisme européen.

Arnaud Montebourg, en a fait un chapitre entier dans son livre programme « Des idées et des rêves », et a publié le 25 mai 2011 un ouvrage totalement consacré à la question et préfacé par Emmanuel Todd : « Votez pour la démondialisation ! ». Globalement, il se dit en faveur d’un protectionnisme européen assumé, modulé selon des critères sociaux et environnementaux et d’une mise sous tutelle du système bancaire. En revanche, il est contre la sortie de l’euro.

Conclusion :
La démondialisation a pour but de rendre plus juste, sociale et écologique l’organisation économique mondiale. Cet objectif est parfaitement légitime et noble.

Cependant, la voie proposée, à savoir : l’instauration de Taxes Douanières, ne paraît pas d’un très grand modernisme puisqu’elle ramènerait le monde dans la situation d’avant les accords du GATT de 1947.

Une réelle voie d’avenir consisterait à conserver la mondialisation actuelle tout en l’infléchissant vers une détention populaire et équitable du capital mondial des entreprises et des banques qui permettrait de contrôler leurs objectifs de développement écologique ainsi que de répartir socialement les profits de ces entreprises et de ces banques de manière équitable.

Le Dividende Universel.

Mondialisation : Méfaits, Neutralité et Bienfaits !

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article