Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SincéritéS

Sarkozy et ses complices ont-ils encore une légitimité politique ?

5 Septembre 2012 , Rédigé par Jean-Pierre Llabrés Publié dans #Politique France

Sujet : France 5, Émission « C dans l'air »,

« Sarkozy se fait désirer », lundi 20 août 2012
De : Jean-Pierre Llabrés
À : « Christophe BARBIER, L’Express »
Date : mardi 21/08/2012 16:56

Cher Monsieur Barbier,

Je m'étonne...

Tous intervenants réunis, vous avez envisagé l'éligibilité future de Sarkozy comme si, battu en mai 2012, il avait aussitôt retrouvé une nouvelle virginité politique (comme s'il n'avait jamais été président).

Sans entrer dans le détail de ses actions (discutables) durant son quinquennat, le fait (indiscutable) d'avoir surendetté le pays de 500 milliards supplémentaires ne constitue-t-il pas une faute majeure totalement et définitivement disqualifiante quant à une légitimité à exercer des responsabilités politiques ultérieures ?

La seule conférence internationale qu'il pourrait donner ne devrait-elle pas s'intituler :
« Comment j'ai augmenté la dette de la France de 500 milliards d'Euros en 5 ans » ?

Remerciements anticipés pour votre réponse.

Bien cordialement,
Jean-Pierre LLABRÉS

---------- Réponse de Christophe Barbier ----------
Date : mardi 21 août 2012

Oui, vous avez raison, le passif est là, mais en cas d'échec de la gauche, le bilan du sortant sera relativisé. Et les Français ont la mémoire courte...

Bien à vous.
CB

---------- Message de Jean-Pierre Llabrés ----------
Date : lundi 27 août 2012

Merci pour votre réponse que je trouve quelque peu désinvolte (les Français ont la mémoire courte...).

En effet, n'est-ce pas aux medias (presse, radio & tv), jour après jour, afin de bien enfoncer le clou, de marteler que le quinquennat de Sarkozy a coûté à la France 500 milliards d'endettement supplémentaire ?

À ce compte, le coupable de ce surendettement doit en sortir « politiquement mort ».

Bien cordialement,
Jean-Pierre LLABRÉS

---------- Message de Jean-Pierre Llabrés ----------
Date : mardi 4 septembre 2012

Cher Monsieur Barbier,

Je m'étonne que vous ayez accepté de répondre à mon premier courriel pour, ensuite, refuser de répondre au second qui, me semble-t-il, n'a rien de particulièrement subversif...

Remerciements anticipés pour votre réponse.

Bien cordialement,
Jean-Pierre LLABRÉS

---------- Réponse de Christophe Barbier ----------
Date : mardi 4 septembre 2012 14:01:50

Qui ne dit mot consent... La liste des coupables est longue, pour l'endettement du pays...

CB

========================================================================

Conclusion de Jean-Pierre Llabrés :

Puisque Christophe Barbier "consent", alors je ne comprends absolument pas pourquoi les médias ne tirent pas, en permanence, à boulets rouges sur le surendettement de 500 milliards d'Euros causé par Sarkozy, Fillon, ses ministres et leur majorité parlementaire.

Au lieu de cela, les médias font l'impasse là-dessus et continuent de recevoir tous ces politicards comme s'ils n'avaient absolument rien fait de mal durant le quinquennat de Sarkozy.

Désespérant...
Et les Français ne « mouftent » toujours pas ! Incompréhensible...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Louis P 12/09/2012 23:39

Monsieur Llabrés,

on nous dit que les médias sont là pour informer le peuple, mais étant donné que la plus part des médias sont contrôlés par les hautes sphères, comment voulez vous que ces derniers fassent ce
qu'ils veulent. je ne dis pas que tous le sont mais, beaucoup d'entre eux ont une restriction de l'information ou ont des directives à prendre en compte. Je suppose que le fait de ne pas parler de
cet endettement que monsieur l'ex président nous a légué, ou de ne pas vous donner une réponse plus approfondie sur les raisons de ce silence sont due à 2 options:

- soit il ne veut pas s'attarder sur le sujet car il a eu comme directive de ne pas en parler (supposons que monsieur S. n'ai pas envie que l'on s'attarde sur ce sujet pour pouvoir se représenter
au prochain quinquennat)
- soit il n'a pas envie de vous répondre.

mais je suis d'accord (en partie) avec Monsieur Barbier, les gens ont la mémoire courte, ils prennent toutes les informations que nous pouvons leur donner, mais ne retiennent que celle que les
médias mettent en valeur.
Maintenant que la Gauche est au pouvoir, tout le monde s'attend a ce que Monsieur le Président fasse de grand changement, et donc, ce sera d'autant plus dur pour lui de faire remonter sa cote en
cas de chute étant donné que l'individu x ou y se dira que le Président n'est pas mieux que le précédent.

Bref, je suppose que des raisons qui nous dépassent sont a prendre en compte aussi. (stratégie politique)

Cordialement